Formation
0

Tout savoir sur les métiers du décolletage

La réalisation de petites pièces tournées à partir de barres ou de fils de métal intéresse nombre de secteurs, de l’automobile à l’aéronautique en passant par le BTP et la connectique. Autant de métiers où l’on recrute.

Le décolleteur possède des lettres de noblesse que l’industrie apprécie et continue d’employer en nombre, dans des domaines aussi variés que l’automobile, l’aviation, l’horlogerie ou encore l’électronique.

Chargé de produire des pièces d’une précision exemplaire, le décolleteur est appelé à opérer sur des machines à la technologie toujours plus pointue (avec la généralisation du numérique).

Rigoureux et minutieux, maîtrisant la géométrie spatiale, il s’agit d’un opérateur qui est amené, selon son poste dans la chaîne de production, sa formation et son expérience, à respecter un cahier des charges précis, choisir, entretenir et régler les machines en fonction des spécificités de la pièce à fournir, juger rapidement de la qualité du travail et donc de la pièce produite.

A partir du CAP

Pour cela, un décolleteur aura suivi une formation allant du CAP à la licence professionnelle (bac+3) en passant par le bac pro et le BTS. Des filières qui permettent de se spécialiser parallèlement au développement d’outils et de machines toujours plus perfectionnées en termes de high-tech.

Simple opérateur, un décolleteur débutant peut évoluer en interne, que ce soit dans une PME ou l’unité d’un grand groupe industriel. Avec le temps, en effet, son savoir-faire s’affine. Outre les données purement techniques, le décolleteur s’adapte avec son environnement (la vitesse de la machine, la chaleur, la pression et toutes sortes de variables qui influent sur le façonnage). Il se perfectionne dans le maniement des machines, il devine les étapes les plus délicates dans la réalisation des pièces et adapte ses gestes comme ses réglages  en fonction de la nature du matériau (acier, inox, laiton…).

1 700 euros pour un débutant

Avec l’élargissement des secteurs ayant recours au décolletage (certaines pièces sont destinées aux satellites et d’autres équipent les moteurs de TGV) et le niveau toujours plus poussé de précision et complexité des pièces à produire, les métiers d’opérateur, chef d’équipe ou même responsable de production sont toujours recherchés et bien rémunérés.

Le salaire mensuel brut d’un décolleteur débutant est ainsi de l’ordre de 1700 euros. Si tant est que l’on soit rigoureux et intéressé par une profession d’avenir, aucune raison de stresser : il y aura forcément un emploi pour vous si vous suivez une formation adaptée. Quitte à faire preuve d’une certaine mobilité : plus des deux tiers du décolletage français sont basés en région Rhône-Alpes comme DGC Industries, plus particulièrement en Haute-Savoie où s’est développée la « Technic Vallée ».

Partager:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest

Par Michel P.

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Vous souhaitez poster votre avis ?
Laisser une réponse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *