Loisirs
0

Poupées au naturel VS poupées Bratz

Entre la poupée Barbie à la plastique de rêve, les Monster High vilainement effrayantes avec leurs dents de vampires, et les poupées Bratz qui ne sont pas sans rappeler les victimes de chirurgiens esthétiques peu scrupuleux, voire celles d’une esthéticienne mal intentionnée, force est de constater que les modèles de femmes destinées à accompagner nos petites filles sont loin d’être réalistes comme de faire l’unanimité. D’aucuns diront que ca leur permet de se projeter, de rêver d’un idéal, ceci dit l’idée de la Tasmanienne Sonia Singh, qui à pris le parti de retravailler à la fois le visage et le look des poupées Bratz, pour les rendre plus vraies et permettre aux petites filles de s’y retrouver est loin d’être négligeable. Petit tour d’horizon…

Haro sur les physiques de stars

En partant du constat que la plupart des poupées supposées attirer nos pitchounnes étaient too much en tout, en make up, en chevelure, mais également en tour de hanche et en vêtements dignes des défilés Gucci, Sonia Singh s’est lancé dans l’aventure d’offrir à nos enfants un modèle leur permettant sans conteste de faire fi des complexes mais aussi de s’affranchir de la dictature d’une société bien loin de tout naturel lorsqu’il s’agit d’apparence.

Les poupées de la seconde chance

Le résultat ? Des poupées comme vous et moi, sans maquillage, aux cheveux en bataille et parfois mal fagotées, mais qui ont le mérite d’afficher un teint frais et des tenues plus passe partout, en phase avec des jeunes filles plus « normales ».

« Libérées » de cet excès de glamour et de paillettes, ces poupées de la seconde chance sonneraient pour certains comme un symbole du féminisme, cassant à la fois les codes de la mode tout en  réhabilitant les femmes pour ce qu’elles sont véritablement.

Symbole ou pas, ces poupées que nous espérons voir sur le marché prochainement, feront le bonheur de toutes les petites filles et de leurs mamans en recherche de plus de simplicité. Si ces poupées étaient une chanson, elles seraient « Poupée de cire, poupée de son » de France Gall.

 

Partager:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest

Par Gisèle

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Vous souhaitez poster votre avis ?
Laisser une réponse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.