Formation
0

Faire des études en Sciences Po à Paris ou dans un IEP de région !

Faire des études en Sciences Po à Paris ou dans un IEP de région !

Aujourd’hui, la France compte une dizaine d’établissements qui proposent des études en sciences politiques. Le dernier à avoir vu le jour aura bientôt 2 ans et il est situé à Saint-Germain-en-Laye. Tous ces établissements proposent un premier cycle comparable, marqué par la pluridisciplinarité du parcours et l’ouverture internationale. Les étudiants qui optent pour ce type de formation sont appelés à réaliser un séjour d’études d’une année à l’étranger et un stage en entreprise.

Cependant, si les écoles des Sciences Po ont plusieurs points communs, elles ont des spécificités géographiques et pédagogiques. Eclairage !

Sciences Po Paris le doyen de la famille !

Fondée au lendemain de la guerre de 1870, l’école Sciences Po Paris qui a plus de 140 ans, est la toute première école spécialisée dans son segment de formation. Elle accueille chaque année plus 1 500 étudiants sur ses 7 campus accessibles sur l’ensemble du territoire.

Avec une trentaine de programmes Master, elle dispose de l’offre la plus large sur le marché de la formation. Très orientée vers l’international, Sciences Po Paris offre aux étudiants la possibilité de développer une expertise vers un pays étranger de leur choix, chaque campus étant centré sur les études d’une zone géographique donnée : Reims pour l’Amérique du nord et l’Afrique, Le Havre pour l’Asie, Nancy pour l’Allemagne voisine, Menton pour la Méditerranée…

7 IEP partagent le même concours

Contrairement à Sciences Po Paris qui sélectionne ses étudiants via un concours propre à l’école, 7 instituts d’études politiques (IEP) sont accessibles via un concours commun : Lille, Lyon, Rennes, Toulouse, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Aix-en-Provence.

Après Sciences Po Paris, Lille est la région la plus convoitée par les jeunes étudiants, avec seulement 140 admis en 1ère année. C’est dire si l’école est très sélective. En revanche, l’institut propose des filières internationales et des doubles diplômes en partenariat avec l’école de commerce Audencia Nantes et l’école supérieure de journalisme de Lille.

A l’instar de Sciences Po Paris, l’IEP de Lyon propose à ses élèves d’opter pour une spécialisation axée sur une région du globe, dès le début de la formation. Ainsi, l’Asie, le monde arabe, l’Amérique latine, les États-Unis ou l’Afrique subsaharienne sont proposés aux 85 % des élèves qui optent pour cet établissement.

Rennes est plutôt axé sur l’apprentissage, proposant trois masters en alternance et 9 autres en collaboration avec d’autres établissements de la région. Un double cursus franco-allemand y est également proposé ; un autre double cursus devrait ouvert en 2017, cette fois avec la Chine. L’IEP Rennes accueille 40 % d’élèves boursiers. Niveau brassage social, seul Toulouse s’en rapproche avec 34% de boursiers dans ses effectifs.

Jouant de sa position géographique, Strasbourg, capitale parlementaire européenne, mise plutôt sur les questions des relations internationales et européennes. L’IEP d’Aix-en-Provence propose, de son côté, un cursus franco-allemand en partenariat avec l’université de Fribourg-en-Brisgau.

Enfin, le benjamin des Sciences Po, Saint-Germain-en-Laye rejoindra le concours d’entrée commun cette année et pourra compter sur sa proximité avec Paris pour susciter une vague de candidatures pour seulement… 82 places.

Bordeaux et Grenoble ont leur propre concours !

Ces deux IEP sont très sélectifs, particulièrement celui de Bordeaux avec seulement  7,5 % des candidats admis en 2014. Toutefois, l’institut offre 20 masters et un choix de carrière ouvert en première année (administration et action publique, gestion des risques dans les nations du sud). Il propose aussi 6 filières internationales et trois double-masters, en partenariat avec la Russie, la Colombie et le Canada.

En ce qui concerne l’accès aux programmes de l’IEP Grenoble, le taux de sélectivité est proche de la moyenne des autres IEP, avec notamment 14 % d’admis pour la rentrée 2014. Ses programmes masters sont assez classiques (axés sur les métiers de la communication, des affaires publiques et européennes, …) et 45 % des lauréats de la formation en 2012 ont entamé une carrière dans la fonction publique.

Partager:
  • googleplus
  • linkedin
  • tumblr
  • rss
  • pinterest

Par admin

Il y a 0 commentaires

Laisser un commentaire

Vous souhaitez poster votre avis ?
Laisser une réponse!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.